Faire 600 kilomètres de scooter en bikini sur les côtes d’Hawaii était très plaisant, mais ce n’était vraiment pas ce que j’avais prévu faire de la fin de mon été. En fait, ce n’était vraiment pas ce que j’avais prévu faire jusqu’à trois jours avant mon départ.

À la base, Catherine et moi avions prévu aller en Alaska faire un trek. J’étais bien excitée de passer près de 7 jours en autonomie dans le parc national du Denali. Le mercredi avant le départ, j’ai pris mon téléphone pour regarder une nième fois la température en Alaska. L’application de météo de mon iPhone indiquait une alerte de mauvaise qualité de l’air, donc bien évidemment, je suis allée voir sur les interwebs ce qui créait ce problème et je lu que c’était d’importants feux de forêts prenant place dans, entre autres, le Denali; le parc dans lequel nous nous dirigions pour faire le trek.

Et c’est là que j’ai fait une erreur. Une erreur importante;
J’en ai parlé à Cath.

Mise en contexte; Catherine est une jeune fille très charmante. Elle est sportive, intelligente, belle, elle a tout pour elle, MAIS, elle est la définition de dramatique. Je te dis là, tu écris sur internet « Dramatique, définition » et c’est son nom qui sort.

La réaction à Cath par rapport à mon « as-tu vu ça les feux de forêts en Alaska, peut-être qu’on devrait changer notre itinéraire ou bien faire d’autres activités » a été « OH MON DIEU, HORS DE QUESTION QUE J’AIE EN ALASKA, C’EST DANGEREUX JE VAIS MOURIR ! » (à noter ici que si Cath mourrait aussi souvent qu’elle le prédit, elle mourrait 14 fois pas jour). Elle n’a pas proposé de faire autre chose, de vérifier les risques, de s’informer, non non, elle a tout de suite décidé qu’on n’allait pas en Alaska.

J’étais à ce moment au travail, donc j’avais un accès limité à mon téléphone (voire accès absent, but you know). La seule chose que je puisse voir de la conversation fut « OK GAB JE SUIS EN APPEL CONFÉRENCE AVEC UNITED ILS VONT CHANGER NOS BILLETS POUR ALLER À HAWAII ». (À noter encore un fois, que je déteste, l’été, la chaleur et l’humidité).

C’est donc ainsi que je fut forcée à donner une chance à Hawaii et bien évidemment fut agréablement surprise par ces terres américaines qui n’ont rien à envier au continent. Douze jours à ralentir le trafic avec nos scooters et à ralentir notre mode de vie, ça se prend très bien.

Aller à Hawaii m’a laissé sur mon appétit de l’Alaska, mais m’a tout de même appris quelques choses;

  • Mon tan de la Baie de Beauport ne m’a pas protégé des coups de soleil;
  • La crème solaire ça coûte cher;
  • Skipper deux semaines d’université c’est pas tant une bonne idée;
  • « Hawaiian Breeze » c’est pas une vraie senteur;
  • Hawaii c’pas laite.

Sur ce, si jamais tu as des conseils sur l’Alaska à donner, je suis toute ouïe.

 

Peace out