Cette semaine, c’était le premier voyage officiel du programme avec tous les exchange students de mon district. J’avais vraiment hâte, plus pour voir les autres étudiants que du voyage en tant que tel, car je suis seule dans la ville donc je ne vois jamais les gens qui vivent aussi ce que je vis. À mon grand plaisir, je n’étais vraiment pas la seule à ne pas tripper sur mon échange, en fait, il n’y en a qu’une qui a vraiment du fun et c’est parce qu’elle vit sur un resort sur la plage et qu’elle mange de la western food à tous les jours (l’échange de rêve sérieux). Le voyage était dans le parc national de Phu Kradueng. C’était un trip de hiking, et c’est là que je me suis rendu compte que ce n’était vraiment pas tout le monde qui sont des athlètes.

Nos sacs étaient montés en haut de la montagne par des porteurs, et je ne me suis jamais sentie aussi paresseuse de toute ma vie. Pendant qu’on chialait sur la chaleur, eux, en chest et en crocs (je ferais pas ça en crocs pour 1000$) montaient nos sacs vraiment trop lourds pour être carried en haut d’une montagne. Sincèrement, au montant qu’ils sont payés, c’est probablement le travail le plus près de l’esclavage qui existe encore sur Terre, mais bon, si personne ne les paient pour monter leurs sacs, ils ne mangeront pas…

Nous sommes restés trois nuits au sommet de la montagne. Nous dormions dans des cabanes en bois (elles aussi montées pièce par pièce par des humains). Dans notre cabin, une des deux «chambres» (un matelas qui couvre l’entièreté du sol) était infestée de fourmis. Je ne sais pas trop si j’en suis contente ou non, mais elles étaient toutes mortes, ce qui veut dire que quelqu’un est venu les tuer avec du produit et est juste parti en se disant « Mmmhhh that’ll do ». Donc, pendant les trois nuits, j’ai dormis sur le sol avec les trois autres filles de ma chambre. La première nuit, le sol était vraiment très confortable, j’aurais choisi ça over un lit. La deuxième journée, j’ai eu quelques difficultés à dormir, j’ai dû dormir sur le dos parce que j’avais des ecchymoses sur les hanches du à la veille, et la troisième nuit fut terrible, j’avais des ecchymoses sur les homoplates ET les hanches, aucunes positions n’étaient confortables, j’ai été assise en indien pendant une bonne partie de la nuit à me questionner sur mon sort.

Le voyage était vraiment représentatif de la Thaïlande; très peu organisé. Un gros laque de communication était présent et les organisateur étaient en retard à TOUS les rendez-vous. C’était plaisant malgré tout, mais je préférerais peser 900 livres qu’avoir autant mal aux jambes qu’aujourd’hui.

Je suis retournée dans ma ville le vendredi soir, et j’étais supposée repartir pour Bangkok le lendemain matin pour les Nationaux de Cheerleading, mais finalement, je suis allé directement à BKK et j’ai dormis sur le sol pour deux autres nuits (la joie quoi). La compétition a bien été si on prend en considération que j’étais la seule fille de ma catégorie, (les hommes déguisés en filles ne comptent PAS comme des filles.) que je n’avais pas fait de cheerleading depuis au moins 2 ans et que j’ai appris ma chorégraphie en une semaine. Je suis arrivée cinquième, mais j’en suis très contente parce que je n’aurais pas pus battre les quatre mecs en avant de moi. Celui qui a gagnée respirait l’homosexualité (aucunement homophobe, juste un fait.) Il faisait partit d’une équipe qui s’appelle Rainbow et qui ne contient QUE des homosexuels (imaginez les partys saucisses ayoye). Il était tellement confiant qu’avant même d’être appelé pour avoir son trophée, il était debout prêt à le recevoir. Il portait plus de maquillage que moi, il était vraiment plus flexible que moi (il faut avouer que tous les gars de ma division avaient des plus beaux splits que moi.) et probablement que s’il n’avait pas gagné il se serait plaint aux juges.

Il y avait une équipe qui s’appelait « Deaf », et au début je me suis dis «wow tu parles d’un nom d’équipe bizarre.» , mais finalement, c’est que c’est vraiment une équipe de sourd ! Il y en avait trois, c’est une division ! Il doit y avoir 100 sports que tu peux faire qui nécessitent pas tant l’audition, mais la danse n’en fait pas partie ! En tout cas, je leur lève mon chapeau parce que danser sur un rythme que quelqu’un me dit en signes ne fais pas partie des choses que je serais capable de faire. Il y avait aussi une équipe qui s’appelait Amnesia, je trouvais ça vraiment drôle au début, mais je me suis dis qu’ils sont peut-être atteints de X trouble de la mémoire, mais en même temps ça rendrait la tâche d’apprendre une chorégraphie très complexe… Je suis encore en réflexion. Je me demande vraiment comment j’ai fait pour danser, parce que je suis barely capable de marcher, je crois que je n’ai jamais été raquée comme ça depuis 2010. J’étais vraiment fatiguée de ma semaine et je crois que ça paressait dans ma face parce que tout le monde me disait « keep fighting », comme si je me battais contre une maladie grave ou de quoi du genre, je n’y comprenais rien.

À chaque année, dans les mixs de cheer, il y a une chanson qui revient plus souvent que les autres parce qu’elle est populaire. Cette année, c’était apple Pen pineapple apple pen. Si j’avais été un été un juge, j’aurais disqualifié toutes les équipes avec cette chanson là pour mauvais goût, genre «Bravo, tu danses bien, ta gym est belle, tes sauts sont beaux, mais tu as des goûts d’handicapés donc…¯\_(ツ)_/¯»

Faire du cheer m’a rappelé de beaux souvenirs, mais voir les enfants de 12 ans être vraiment meilleurs que moi m’a rappelé que cette période de ma vie est vraiment terminée.

 

 

 

Advertisements